Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Unicorn & Owl

Unicorn & Owl

Ce blogue est une façon pour moi de dire tout au ce que je pence tout bas! ceux qui me connaisse bien savent qu'une fois que j'ai écrie un texte je me sens beaucoup mieux.. Parfois je semble sinique mais si sa ne vous plais pas vous avez qu'a ne plus lire ce que j’écris!

Lettre de Mia

Lettre de Mia
~Bonsoir, Permets-moi de me présenter. 

Mon nom est, ainsi que me nomment les « docteurs », Boulimie.

Boulimie Nerveuse en réalité, mais tu peux m'appeler Mia.

Avec un peu de chance, nous pourrons devenir de bons partenaires.

C'est pourquoi, à partir de maintenant, je vais te consacrer beaucoup de temps, et j'en espère autant de toi.

Dans le passé, tu en as tellement entendu de la part de tes professeurs, de tes parents, à ton sujet.

Tu es si mature, intelligente, et il y a en toi un tel potentiel !

Puis-je te demander où cela a bien pu te mener ?

Absolument nulle part !

Tu n'es pas parfaite, tu ne donnes jamais véritablement le meilleur de toi-même, et tu gâches ton temps à penser, parler avec tes amis, écrire.

De tels comportements de complaisance ne seront plus permis à l'avenir.

Tes amis ne te comprennent pas ?

Ils ne sont pas honnêtes.

Quand tu as commencé à te sentir mal dans ta peau, peu à peu, et que tu les as questionnés...

Est-ce que j'ai l'air... grosse ?

Et qu'ils ont répondu...

Oh non, bien sûr que non !

Tu savais déjà qu'ils te mentaient.

Moi, je te dis seulement la vérité.

Et tes parents !

Tu sais qu'ils t'aiment et qu'ils font attention à toi, mais c'est juste parce qu'ils sont tes parents et qu'ils ont l'obligation de le faire.

Je vais te dire un petit secret maintenant : au plus profond d'eux-mêmes, ils sont déçus par toi.

Toi, le fruit de leurs entrailles, avec un tel potentiel, tu es devenue grosse, fainéante et indigne.

Mais moi, je peux changer tout cela. ..

J'attends beaucoup de toi.

Je t'autoriserais à manger.

Je ne vais pas te priver d'une de tes seules joies dans la vie.

Une vraie amie ne ferait pas cela.

Mais je t'aiderais à compenser le fait que tu ai mangé.

Ainsi, je commencerais doucement :

Tu mangerais un sandwich et je te ferais sentir coupable, tu boiras un soda et tu feras du sport pendant deux heures, tu mangerais une part de gâteau que tu vomiras, etc....

Pendant un moment se sera simple, si tu manges, tu devras être torturé après.

Rien de vraiment très sérieux.

Peut être cela de fera perdre quelques kilos, te permettra de sortir la graisse de ton estomac.

Mais ce ne sera pas long avant que je te dise que ce n'est pas suffisant.

J'exigerais donc que tu te fasses vomir après chaque repas.

Je te pousserai jusqu'à la limite.

Tu dois bien te mettre cela dans le crâne, car tu ne pourras pas me défier.

Dès à présent, je m'infiltre en toi.

Bientôt, je serai avec toi à chaque instant.

Je serai là quand tu te lèveras le matin et que tu te précipiteras pour te peser sur ta balance.

Ton poids deviendra d'ailleurs ton ami et ton ennemi, et tu espèreras avec frénésie le voir chaque jour un peu plus bas que la veille.

Pourtant, tu regarderas le miroir avec consternation.

Tu enfonceras tes doigts dans ta graisse et tu souriras quand tu toucheras les os.

Oui, je serai là quand tu calculeras et organiseras ta journée : 1500 calories, 6 heures d'exercice, 4 purges avec 7 laxatifs.

Je serai la seule qui puisse t'aider à le faire, parce que mes pensées ne feront plus qu'une avec les tiennes.

Je serais avec toi quand tu iras dans les toilettes, t'asseyant devant la cuvette et enfonçant tes doigts au plus profond de ta gorge.

Je te suivrai tout au long de la journée.

A l'école, quand ton esprit errera je lui donnerais quelque chose à pensée : réfléchir à savoir comment tu seras capable de vomir après le dîner, évidemment tu trouveras une solution, sinon tu resteras une grosse dinde.

Je remplirais ton esprit de nourriture, de poids, de calories..

Car maintenant, je suis vraiment en toi. Je suis dans ton âme, dans ton cœur, dans ta tête.

La peine que tu prétends ne pas ressentir, c'est moi.

Patiente, je te dirai bientôt non seulement quoi faire avec la nourriture, mais quoi faire de tout ton temps : sourire ou pas, te présenter poliment, rentre ton ventre bordel !

Mon dieu tu es vraiment une grosse vache !

Quand les repas arriveront, je te dirais quoi faire.

Je ferais d'un bol de crème glacé une aventure de plaisir inoubliable.

Comment puis-je enlever cela de moi ?

Jêuner pendant deux jours ?

Ou pourquoi pas du sport pendant 3 heures ?

Je te forcerai à regarder les magazines.

Tous ces corps parfaits de mannequins et de sportifs, modelés à la perfection.

Je te ferai comprendre que tu ne seras jamais comme eux.

Tu seras toujours grosse, et jamais aussi parfaits qu'eux.

Quand tu regarderas de nouveau dans le miroir, je déformerai ton image.

Je te montrerai ton obésité et ta laideur.

Tu devras le croire car je te donne le meilleure de moi-même, je suis ta seule vraie amie.

Parfois, tu te rebelleras.

Heureusement pas souvent.

Tu entendras une petite rébellion tout au fond de ton corps et tu te dirigeras dans la cuisine sombre.

La porte s'ouvrira lentement, grinçant légèrement.

Tes yeux regarderont toutes cettes nourritures que j'avais pourtant à garder à bonne distance de toi.

Et comme dans un cauchemar, tes mains plongeront dans les paquets de gâteaux, machinalement tu te gaveras, sans apprécier le goût, juste pour exprimer le fait que tu me déteste.

Tu prendras un paquet, puis un autre, et encore un autre.

Ton estomac se gonflera et deviendra grotesque.

Mais tu ne pourras plus t'arrêter.

Et moi, je te crierai STOP, toi la grosse vache, tu n'as vraiment aucun contrôle de toi, tu vas redevenir grosse et nulle.

Puis, quand ce sera terminé, tu me demanderas des conseils parce que tu ne veux pas redevenir grosse.

Pitoyable !

Tu as violé la règle principale en mangeant sans te purger et maintenant tu veux que je revienne !

Je te forcerais à jeûner pendant trois jours.

Et tu le feras car tu es à moi maintenant.

Probablement le choix que j'utiliserais pour te faire sentir coupable sera différent :

Peut – être choisirais-je de te faire prendre des laxatifs, ainsi tu seras assise sur les toilettes jusqu'au petites heures du matin, sentant tes intestins se tordrent de douleurs.

Ou bien je te ferais frapper ta putain de tête contre les murs jusqu'à avoir une bosse.

Te mutiler est aussi efficace.

Je veux que tu voies ton sang qui coule de ton bras et alors dans la seconde qui suit, tu réaliseras que tu mérites toutes les peines que je t'inflige.

Tu es dépressive, obsédé, fatigué, souffrante mais personne n'entends !

Qui s'en soucie ?

Tu la mérité !

Tu t'es fait sa toi-même !

Oh !

Suis-je dur ?

Tu ne veux pas que cela t'arrive ?

Suis-je injuste ?

Je fais les choses qui t'aident voyons !

Je fais mon possible pour que tu arrête de penser à toutes les émotions qui te causent du stress.

Ces pensées de colère, de tristesse, de désespoir, de nullité, et de solitude, peuvent cesser, je les emporte avec moi et à la place je te remplis simplement la tête d'un méthodique calcul des calories.

J'emporte ta lutte pour t'adapter aux gens de ton age, la lutte qui fais que tu veux plaire à tout le monde. Parce que maintenant, je suis ta seule amie et la seule à qui tu dois plaire.

J'ai un petit secret.

Mais personne ne doit savoir.

Si tu décide de retourner en arrière, de trouver des gens pour leur dire quelle vie je te fais vivre, tout sera brisé entre nous.

Personne ne doit chercher à te comprendre, personne ne doit briser la carapace dont je te recouvre.

Je t'ai créé, discipliné.

Tu es à moi et à moi seule. Sans moi, tu n'es rien.

Alors sois docile.

Quand les gens parlent sur moi, ignore-les.

Oublie les, oublie tous ceux qui veulent nous séparer.

Je suis ta plus grande amie et j'entends bien le rester.

Sincèrement, Mia.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article